Philippe Sollers : Catholicisme, grandeur et misère